Movies #3 – Dernièrement …

Bien le bonsoir les cactus,

Je ne publie pas grand chose en ce moment. J’ai quelques idées mais il faut que j’étoffe mon sujet donc je reste plutôt discrète en attendant de sortir un article bien ficelé. J’ai par ailleurs eu un peu de temps durant ces deux dernières semaines, ce qui a été l’occasion pour moi de regarder des films. Que j’aurais, pour certains, déjà du voir il y a bien longtemps. Enfin mieux vaut tard que jamais. Le titre de ce billet est carrément bidon mais j’était un peu en panne d’inspiration, veuillez m’excuser. C’est donc joyeusement que je vais parler avec vous des 8 derniers films que j’ai vu.

THE DESCENDANTS

The-Descendants-007

A Hawaii, la vie d’une famille bascule. Parce que sa femme vient d’être hospitalisée suite à un accident de bateau, Matt King tente maladroitement de se rapprocher de ses deux filles, Scottie, une gamine de dix ans vive et précoce, et Alexandra, une adolescente rebelle de dix-sept ans. Il se demande aussi s’il doit vendre les terres familiales, les dernières plages tropicales vierges des îles, héritées de ses ancêtres hawaiiens. Quand Alexandra lui révèle que sa mère avait une liaison, le monde de Matt vacille. Avec ses deux filles, il part à la recherche de l’amant de sa femme. Durant une semaine essentielle, au fil de rencontres tour à tour drôles, perturbantes et révélatrices, il va finalement prendre conscience que sa principale préoccupation est de reconstruire sa vie et sa famille… (synopsis Allociné)

C’est ici un film agité et en même temps si doux. C’était la première fois que je voyais un film tourné à Hawai, le fait d’ailleurs que l’histoire se passe à Hawai est un point important de l’histoire. George Clooney est très bien dans son rôle de père et de mari complètement dépassé par les évènements. Shailene Woodley convient également et parfaitement au personnage d’ado rebelle et paumée, c’est bien, ça change de Divergente et de The fault in our stars (que je n’ai pas du tout aimé soit dit en passant)(je vous conseille également de regarder The spectacular now ou encore White Bird, films dans lesquels elle incarne avec beaucoup de justesse ses personnages). Enfin, c’est les larmes aux yeux que j’ai fini ce film bouleversant, par moment drôle et à la fois si pathétique. Je vous le conseille vivement.

LES NOCES REBELLES 

LES NOCES REBELLES

Dans l’Amérique des années 50, Frank et April Wheeler se considèrent comme des êtres à part, des gens spéciaux, différents des autres. Ils ont toujours voulu fonder leur existence sur des idéaux élevés. Lorsqu’ils emménagent dans leur nouvelle maison sur Revolutionary Road, ils proclament fièrement leur indépendance. Jamais ils ne se conformeront à l’inertie banlieusarde qui les entoure, jamais ils ne se feront piéger par les conventions sociales.Pourtant, malgré leur charme et leur insolence, les Wheeler deviennent exactement ce qu’ils ne voulaient pas : un homme coincé dans un emploi sans intérêt ; une ménagère qui rêve de passion et d’une existence trépidante. Une famille américaine ordinaire ayant perdu ses rêves et ses illusions. Décidée à changer de vie, April imagine un plan audacieux pour tout recommencer, quitter leur petite routine confortable dans le Connecticut pour aller vivre à Paris… (synopsis Allociné)

Ahhh Léo, ça faisait longtemps! Bon j’avoue j’ai téléchargé ce film il y longtemps parce que je m’étais mise en tête de faire toute sa filmographie. Encore une fois, Sam Mendes ne fait dans la franche gaité. Encore une fois, j’ai éteins mon ordinateur les yeux humides. On espère que ça finisse bien mais ça ne finit pas bien. Parce que ça ne peut finir bien. « Tu vois, ça c’est la vie Camille » me dit ma mère. Elle a raison, au fond on se berce tous de belles illusions, on a des rêves pleins la tête, on a l’impression d’être fougueux (surtout à 17 ans) et on se dit que la routine c’est pour les autres. Je suis la première à me le dire. Même à mon âge. Léonardo Dicaprio et Kate Winslet forment un merveilleux duo, beau et auto destructeur. Film à voir, mais à éviter après une journée pénible.

KING KONG (2005)

king kong

New York, 1933. Ann Darrow est une artiste de music-hall dont la carrière a été brisée net par la Dépression. Se retrouvant sans emploi ni ressources, la jeune femme rencontre l’audacieux explorateur-réalisateur Carl Denham et se laisse entraîner par lui dans la plus périlleuse des aventures…
Ce dernier a dérobé à ses producteurs le négatif de son film inachevé. Il n’a que quelques heures pour trouver une nouvelle star et l’embarquer pour Singapour avec son scénariste, Jack Driscoll, et une équipe réduite. Objectif avoué : achever sous ces cieux lointains son génial film d’action.
Mais Denham nourrit en secret une autre ambition, bien plus folle : être le premier homme à explorer la mystérieuse Skull Island et à en ramener des images. Sur cette île de légende, Denham sait que « quelque chose » l’attend, qui changera à jamais le cours de sa vie… (synopsis Allociné)

Je sais, ça doit faire un peu étrange après les deux films précédents. Bon sachez que (encore et encore et encore) j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps (littéralement). Je pense qu’il y avait beaucoup de fatigue, de stress aussi, de manque, d’où le torrent de larme. Mais moi, devant les yeux affolés ou atrocement tristes du grand singe, je ne peux résister. C’est pas le film du siècle, mais ça vaut le détour. De très bons effets spéciaux pour 2005. Naomi Watts est touchante et puis j’ai redécouvert Jamie Bell (Billy Elliot, quel beau film). Long (3h) mais on ne voit pas le temps passer. (Aussi je vous laisse avec ce merveilleux byebye blackbird interprété par Peggy Lee et qui fait parti de la bo du film).

LE SIXIEME SENS

sixieme-sens-14-g

Cole Sear, garconnet de huit ans est hanté par un terrible secret. Son imaginaire est visité par des esprits menaçants. Trop jeune pour comprendre le pourquoi de ces apparitions et traumatisé par ces pouvoirs paranormaux, Cole s’enferme dans une peur maladive et ne veut reveler à personne la cause de son enfermement, à l’exception d’un psychologue pour enfants. La recherche d’une explication rationnelle guidera l’enfant et le thérapeute vers une vérité foudroyante et inexplicable. (synopsis Allociné).

Oh! Petit Forrest! Oh! Bruce avec des cheveux! J’ai regardé le sixième sens sans avoir aucune idée du synopsis. Et vous savez quoi?! J’ai deviné la fin toute seule comme une grande, grâce à mon esprit d’analyse et d’observation digne de Sherlock Holmes (vous aviez deviné la fin vous? Hein?). Bon je n’en dit pas plus. Bon film, à la chute (donc) inattendue.

MINUIT A PARIS 

MINUIT A PARIS

Un jeune couple d’américains dont le mariage est prévu à l’automne se rend pour quelques jours à Paris. La magie de la capitale ne tarde pas à opérer, tout particulièrement sur le jeune homme amoureux de la Ville-lumière et qui aspire à une autre vie que la sienne. (synopsis Allociné)

Woody Allen réalise un film plein de poésie, de tendresse et de fantaisie. Un peu cliché, mais quel joli conte sur Paris. Moi qui ai toujours fantasmé sur cette ville, je suis comblée. C’est avec plaisir que l’on remonte le temps aux côté d’Owen Wilson qui redécouvre le joyeux et nocturne Paris des années 20. Egalement, belle brochette franco-américaine d’acteurs. Une petite douceur.

AMERICAN ULTRA

American-Ultra-2

Une comédie d’action à propos de Mike Howell dont la vie paisible et sans ambition avec sa petite amie Phoebe se retrouve soudainement chamboulée. À sa grande surprise, Il est en fait un agent dormant surentrainé dont la mémoire a été effacée. En un clin d’œil, son passé refait surface et Mike se retrouve au milieu d’une opération gouvernementale visant à l’éliminer. Il va alors devoir faire appel à ses capacités insoupçonnées d’agent secret pour survivre. (synopsis Allociné)

Actuellement en salle, si certain.e.s sont tenté.e.s. Plutôt amusant, certaines répliques sont vachement bien placées. Violent, c’est fou plus le film avance plus les gars se font tuer de manière dégueu. Jesse Eisenberg est perché et attachant. Mention spéciale au générique psyché. Sympa mais pas indispensable (je pique ça aux journalistes critiques de Télérama).

KINGSMAN, SERVICES SECRETS

KINGSMAN

KINGSMAN, l’élite du renseignement britannique en costumes trois pièces, est à la recherche de sang neuf. Pour recruter leur nouvel agent secret, elle doit faire subir un entrainement de haut vol à de jeunes privilégiés aspirant au job rêvé. L’un d’eux semble être le candidat « imparfaitement idéal » : un jeune homme impertinent de la banlieue londonienne nommé Eggsy. Ces super-espions parviendront-ils à contrer la terrible menace que fait peser sur le monde l’esprit torturé du criminel Richmond Valentine, génie de la technologie? (synopsis Allociné)

Il y a un petit côté American Ultra, beaucoup moins « grossier ». Le scénario est loufoque, mais je suppose que ça fait partie de l’idée du film. Scènes de combat de type stylées, humour subtil à la british (il est bon la dedans Colin Firth). Agréable et amusant le dimanche soir en famille (ou en pas famille).

VIRGIN SUICIDES

The-Virgin-Suicides-the-virgin-suicides-189907_1020_576

Dans une ville américaine tranquille et puritaine des années soixante-dix, Cecilia Lisbon, treize ans, tente de se suicider. Elle a quatre soeurs, de jolies adolescentes. Cet incident éclaire d’un jour nouveau le mode de vie de toute la famille. L’histoire, relatée par l’intermédiare de la vision des garçons du voisinage, obsédés par ces soeurs mystérieuses, dépeint avec cynisme la vie adolescente. Petit a petit, la famille se referme et les filles reçoivent rapidement l’interdiction de sortir. Alors que la situation s’enlise, les garçons envisagent de secourir les filles. (synopsis Allociné)

J’achève cet article avec un film que je voulais voir depuis longtemps. Parce que j’avais adoré American Beauty et que tout le monde m’avait dit, « alors il faut que tu regardes Virgin Suicides », ils font un peu la paire. Je l’ai visionné hier, et je suis encore sur ma fin. En fait je ne comprend pas. Tout comme les garçons du voisinage je ne comprend pas. Je n’arrive pas vraiment à expliquer le destin tragique des soeurs Lisbon. Par ailleurs c’est un beau film. Il y a dans cette oeuvre cinématographique quelques chose de tourmenté et de très pur. La musique envoûtante de Air s’accorde parfaitement avec les images (Playground love pour le plaisir). Je ne saurais vous dire si j’ai aimé ou non ce film. Cependant si vous l’avez vu, j’aimerais avoir vos avis.

D’ailleurs j’aimerais avoir vos avis sur chacun des films présentés ici si vous les avez déjà visionnés. Vos recommandations aussi m’importe beaucoup. Je laisse Playground Love vous bercer doucement, tout doucement et je vous souhaite une belle nuit.

Des bisous population virtuelle.

Publicités

3 commentaires sur « Movies #3 – Dernièrement … »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s